20ème Dimanche

L'étranger chez nous

 

Isaïe 56, 1.6-7
Psaume 66
Romains 11, 13…32
Matthieu 15, 21-28

Dans l'évangile, Jésus résiste à la demande d'une étrangère. Un peu choquante à première vue, cette attitude semble contredire la bonne nouvelle universelle du salut.
Une interprétation positive souligne que Jésus n'est pas un surhomme. Son incarnation le fait participer aux réflexes et coutumes de son pays, de son clan. Le peuple d'Israël est le peuple choisi, peuple élu, peuple de Dieu. Les autres viennent après. Normal ! Il y a une chronologie, un protocole à observer pour bénéficier de l'héritage de l'Alliance. En évitant toute connotation politique au rejet apparent d'une étrangère, on comprend mieux ainsi, par cette séquence, que Jésus fait partie du peuple juif. Il résiste, mais il finit par céder à la demande de la cananéenne. La logique de la volonté du Père des Cieux est bien là, qui veut sauver toute l'humanité sans distinction de race ou de pays.



l'accueil de l'étranger.
Le sujet n'est pas nouveau. La question se pose à tous les niveaux de la vie sociale. C'est un critère du jugement dernier : " J'étais étranger, et vous m'avez accueilli " (Mt 25). Dieu se reconnaît sous le visage de l'étranger.
Phrase affichée : " Femme, ta foi est grande, que tout se passe pour toi comme tu le veux ! "


la place des étrangers.
Tenir compte dans l'assemblée du dimanche de la présence d'étrangers. Selon les circonstances, l'animateur éveille les enfants à la qualité de l'accueil des étrangers.

l'évangile selon saint Matthieu, chap.15, 21-28.
Guérison de la fille d'une cananéenne. La lecture peut se faire à plusieurs voix : un récitant, Jésus, la cananéenne, les disciples.

 


Voyager est une bonne façon de découvrir ce que l'on ressent comme étranger. L'animateur fait exprimer ce que des enfants ont éprouvé dans un autre pays. Bon accueil ou méfiance. Estime ou mépris. Des enfants ont peut-être de la famille à l'étranger. A eux la parole. Pour terminer l'échange, chacun vient inscrire le nom d'un pays qu'il connaît, lui ou par sa famille, par ses copains et voisins étrangers.

. Accueil, attentif à la présence d'étrangers (en souriant, on ajoute, si c'est le cas dans la région, que les vacanciers sont aussi parfois considérés comme des étrangers…)
. Lecture de l'évangile Mt 15, 21-28 et commentaire sur l'attention du message biblique aux étrangers.
. Action. Échange sur l'expérience d'être étranger quelque part.
. Final. Chant : " Peuple de frères " T122.




. La phrase à afficher : " Femme, ta foi est grande, que tout se passe pour toi comme tu le veux ! "
. Une feuille, pour inscrire les pays connus des enfants.




de sa marche à vers le désert, le pee d'Isrl, à bout de courage, récrimina contre Dieu et contre Mo

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

 

(Le récitant) En ce temps-là, partant de Génésareth, Jésus se retira dans la région de Tyr et de Sidon. Voici qu'une Cananéenne, venue de ces territoires, disait en criant :
(La Cananéenne) "Prends pitié de moi, Seigneur, fils de David ! Ma fille est tourmentée par un démon. "
(Le récitant) Mais il ne lui répondit pas un mot. Les disciples s'approchèrent pour lui demander :
(Les disciples) " Renvoie-la, car elle nous poursuit de ses cris !"
(Le récitant) Jésus répondit :
(Jésus) "Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues de la maison d'Israël. "
(Le récitant) Mais elle vint se prosterner devant lui en disant :
(La Cananéenne) " Seigneur, viens à mon secours !"
(Le récitant) Il répondit :
(Jésus) " Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. "
(Le récitant) Elle reprit :
(La Cananéenne) "Oui, Seigneur ; mais justement, les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leur maître. "
(Le récitant) Jésus répondit :
(Jésus) " Femme, grande est ta foi, que tout se fasse pour toi comme tu le veux !"
(Le récitant) Et, à l'heure même, sa fille fut guérie.

"Copyright AELF - Tous droits réservés"p


 



















 

Chaque dimanche et jour de fête :

La liturgie de la parole de l'Église Catholique présentée, vivante et active.
Un texte choisi parmi les lectures de la messe, et une idée à mettre en œuvre.
Pour célébrer en paroisse, en groupe, en famille.

Pour réfléchir et prier quand on est seul.