33ème Dimanche

Des dons pour servir

 

Proverbes 31, 10…31.
Psaume 127
1 Thessaloniciens 5, 1-6
Matthieu 25, 14-30

À nouveau la liturgie annonce le jour du Seigneur, son retour dans la gloire ! Avec la parabole des talents où la vigilance dans l'attente du retour du maître devient responsabilité et travail.




les dons reçus par chacun sont divers.
Les capacités des uns et des autres varient, au sein d'une même famille ; à l'école, au sport ou ailleurs, cela se vérifie quotidiennement.
Tout l'effort demandé, plutôt que jalouser le voisin, est de développer ses dons à soi, ses capacités. Chacun rendra compte, un jour devant Dieu, de sa vie, des dons qu'il a reçus. Qu'en a-t-il fait ?
La phrase affichée montre le point de vue de Dieu : " Dieu fait confiance. "




les services.
Les qualités de chacun dans une assemblée peuvent être mises au service de tous dans la liturgie, ainsi que l'exprime le concile Vatican II (LG n° II) : " Tous, non pas indifféremment, mais chacun à sa manière, prennent leur part originale dans l'action liturgique. "
Concrètement, le réflexe à avoir se traduit ainsi : je sais jouer d'un instrument, je me propose à la messe ; je chante bien, je me propose à la messe ; j'aime bien lire tout haut, je me propose à la messe ; je suis en avance, je me propose pour l'accueil des autres ; j'aime servir, je me propose comme servant de messe, etc.



l'évangile selon saint Matthieu, chap.25, 14-30.
La parabole des talents.

 

 


Sur des papiers de couleur, les enfants écrivent les qualités qu'ils croient avoir, les qualités qu'on leur reconnaît. On dépose l'ensemble dans un beau coffret, comme on le fait d'un trésor. La prière finale invite à mettre nos " talents " au service des autres.



. Accueil et rite d'ouverture.
. Rappel de la foi des chrétiens, proclamée quand ils se réunissent pour célébrer la messe : le retour attendu du Seigneur Jésus.
. Lecture. Évangile de Matthieu 25, 14-30.
. Action. Inventaire des qualités de chacun, déposé dans un beau coffret.
. Prière finale de demande : Que tous les dons soient mis au service des autres.
. Chant : " Les mains ouvertes devant toi " P 93.



. La phrase à afficher : " Dieu fait confiance. "
. Un beau coffret, pour recueillir les talents des enfants.



de sa marche à vers le désert, le pee d'Isrl, à bout deouge, récrimina contre Dieu et contre Mo

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu


En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : " C'est comme un homme, qui partait en voyage, il appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l'un il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent, à chacun selon ses capacités. Puis il partit. Aussitôt, celui qui avait reçu cinq talents s'en alla pour les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n'en avait reçu alla creuser la terre et cacha l'argent de son maître.
Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et il leur demanda des comptes. Celui qui avait reçu cinq talents s'approcha, présentant cinq autres talents et dit : 'Seigneur, tu m'avais confié cinq talents ; voilà, j'en ai gagné cinq autres.' Son maître lui déclara : 'Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t'en confierai beaucoup ; entre dans la joie de seigneur.' Celui qui avait reçu deux talents s'approcha aussi et dit : 'Seigneur, tu m'as confié deux talents ; voilà, j'en ai gagné deux autres.' Son maître lui déclara : 'Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t'en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître.' Celui qui avait reçu un seul talent s'approcha aussi et dit : 'Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n'as pas semé, tu ramasses là où tu n'as pas répandu le grain. J'ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t'appartient.' Son maître lui répliqua : 'Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n'ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l'ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l'aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. A celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l'abondance ; mais celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !' "

"Copyright AELF - Tous droits réservés"

 

Parole en plus

 

Cette parabole des talents laisse un goût amer malgré la déclaration du début "à chacun selon ses capacités". A chacun selon ses capacités s'interprète d'ordinaire dans la grande loterie des dons reçus par chacun, l'intelligence, la santé, l'héritage familial et social, comme une juste exigence qui rassure les pauvres, ceux qui ont peu reçus, et rassure les croyants : Dieu ne nous demande pas plus que ce que nous pouvons.
A chacun selon ses capacités, juste exigence qui par contre inquiète les riches, ceux qui au départ ont beaucoup reçu dans la grande loterie de la vie. Jésus dit par ailleurs : " A ceux qui ont beaucoup reçu il sera beaucoup demandé ". On ne peut être que d'accord - à chacun selon ses capacités - avec ce principe sain de rétribution équitable, valable en famille et dans le domaine de la foi.
Nonobstant, la finale de la parabole est amère et sévère, avec des pleurs et grincements de dents à la clef ! On y voit le décalque très exact d'une situation assez universelle et détestable : les riches s'enrichissent et les pauvres s'appauvrissent. "Celui qui a recevra encore, et il sera dans l'abondance. Mais qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a."
Parabole de l'amertume ! qui inverse, comme dans un miroir où la lecture se fait à l'envers, la parabole des " ouvriers de la dernière heure " qui rétablissait de l'équité pour ceux qui n'avaient pas eu la chance d'être embauchés de bonne heure (rappelez-vous, ils touchent une pièce d'argent comme les autres qui ont travaillé tout le jour). Que peut-on alors retenir de l'enseignement de la parabole d'aujourd'hui ?
Certainement pas de prendre son parti des inégalités que la grande loterie de la vie distribue, et des souffrances qui en résultent. La vie de Jésus montre le chemin inverse : réagir, guérir, sauver, lutter, pour le bonheur et la joie de tous.
On retiendra peut-être seulement que Jésus parle dans cet évangile de sa venue, de son avènement, de son retour dans la gloire auquel les chrétiens se préparent en "enfants de lumière", luttant avec vigilance et persévérance contre la dureté du monde présent. La venue du Seigneur, nous la préparons chacun à sa mesure, chacun selon ses capacités, en nous redressant, en relevant la tête pour voir un peu plus loin. Ainsi, d'une certaine façon, nous apaiserons l'inquiétude et le trouble de Jésus au sujet de sa venue, quand il pose la question, ailleurs dans l'évangile : Le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il encore la foi sur terre ? (saint Luc).
Apaiser l'inquiétude et le trouble de Jésus en lui renouvelant fidélité et amour, nous en sommes tous capables.

Gémo


 

p


 



















 

Chaque dimanche et jour de fête :

La liturgie de la parole de l'Église Catholique présentée, vivante et active.
Un texte choisi parmi les lectures de la messe, et une idée à mettre en œuvre.
Pour célébrer en paroisse, en groupe, en famille.

Pour réfléchir et prier quand on est seul.