1er Dimanche de l'Avent

Veillez ! Car le Seigneur va venir

 

Isaïe 63, 16… 64, 7
Psaume 79
1 Corinthiens 1, 3-9
Marc 13, 33-37

Une nouvelle année liturgique commence.
Pour le montrer, dès l'entrée des enfants, le lieu de rassemblement se présente dans un décor renouvelé. L'aménagement des sièges en arc de cercle, avec le lectionnaire, ou la bible, bien disposé au centre, exprime que la parole de Dieu s'adresse à une communauté, et permet de mieux se voir et se parler les uns aux autres. On évite ainsi, comme le dit le concile Vatican II (SC 48) au sujet de l'Eucharistie, " que les fidèles n'assistent à ce mystère de la foi comme des spectateurs étrangers et muets ".
Les couleurs sont des éléments sensibles dans ce renouvellement du décor. Un nouveau tissu, de teinte violette pour le temps de l'Avent, est déployé sous le livre de la Parole. Un nouveau cierge est allumé, à moins que l'on choisisse une couronne de l'Avent avec ses quatre bougies dont on allume la première.



Veillez ! Car le Seigneur va venir.
Le verbe " veiller " est expliqué : attendre avec attention, sans dormir. L'approche de Noël, déjà apparente dans les rues et les commerces, n'échappe pas aux enfants, pour qui cependant il est nécessaire de relever le sens spirituel de cet environnement festif. On se prépare, on se change, pour être prêt à accueillir le Seigneur quand il viendra. La phrase affichée devant tous est donc : " Veillez ! Car le Seigneur va venir ".


l'accueil.
Rien de bon ne peut se faire ensemble sans un accueil réciproque. Se sentir accueilli à la messe dispose à s'ouvrir, à être attentif à ce qui va être dit et célébré.
Des mots simples, bonjour ! bienvenue ! accompagnés d'un sourire, expriment mieux que de longues introductions, le fait que chacun a bien sa place, ici, dans l'assemblée des enfants de Dieu.
Accueil réciproque, bien sûr, car il n'est pas à sens unique. Si l'animateur ou le célébrant à la messe sait bien accueillir, de plus il porte aussi le souci de faire rebondir cet accueil entre les présents : se saluer entre voisins, se présenter même, et surtout ne pas s'ignorer puisque nous avons un même Père et que " nous sommes tous l'ouvrage de ses mains " (1ère lecture. Livre d'Isaïe).


l'évangile selon saint Marc, chap. 13, 33-37.
Le bref commentaire souligne à la fois que les chrétiens savent célébrer ce qui s'est déjà passé - Jésus est né et a vécu sur terre - et aussi qu'ils célèbrent sa présence aujourd'hui - il est ressuscité - et encore qu'ils célèbrent l'attente de son retour " quand le maître de la maison reviendra ".

 


En prenant la comparaison de quelqu'un que l'on attend chez soi, par exemple un invité, un ami que l'on n'a pas vu depuis longtemps, le groupe recherche les composants d'une attente pour bien accueillir celui, celle qui va venir. Que fait-on pour attendre ? Que prépare-t-on ?
Chaque réponse peut être notée au présent de l'indicatif : Je regarde par la fenêtre, je déborde d'impatience, je saute de joie, je range mes affaires, je passe l'aspirateur, je prévois une surprise, je cuisine un gâteau, j'y pense et j'en parle tout le temps…
En conclusion, l'animateur tire de cette comparaison des éléments pour attendre le Seigneur qui vient.


. Accueil attentif des enfants et invitation à s'accueillir les uns les autres.
. Chant : " Vienne la paix " T 150.
. Signe de la Croix. Salut liturgique reprenant le début de la 2ème lecture (1Co1) jusqu'à " ...la connaissance de Dieu ".
. Présentation de l'Avent, dialoguée avec les enfants. Les signes nouveaux de l'assemblée : décor, couleur, accueil réciproque etc.…
. Alléluia. Lecture de l'évangile selon saint Marc 13,33-37.
. Action. Comment attendre pour bien accueillir quelqu'un ? Recherche ensemble.



. La phrase à afficher : " Veillez ! car le Seigneur va venir ! "
. Une grande feuille, pour noter les phrases concernant l'attente (cf. l'action.)



sa marche à vers le désert, le pee d'Isrl, à bot deouge, récrimina contre Dieu et contre Mo

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc


En ce temps-là, Jésus parlait disait à ses disciples: " Prenez garde, restez éveillez : car vous ne savez pas quand ce sera le moment. C'est comme un homme parti en voyage : en quittant sa maison, il a donné tout pouvoir à ses serviteurs, fixé à chacun son travail, et demandé au portier de veiller. Veillez donc, car vous ne savez pas quand vient le maître de la maison, le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin ; s'il arrive à l'improviste, il ne faudrait pas qu'il vous trouve endormis. Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez !"

"Copyright AELF - Tous droits réservés"

 

Parole en plus

On remarquera dans les lectures de ce dimanche la forme impérative avec laquelle Dieu est interpellé. Dans le livre d'Isaïe : Reviens ! C'est à lui, à Dieu de revenir. Un impératif : Reviens ! Ah si tu déchirais les cieux ! Si tu descendais. Dieu est interpellé comme un partenaire. Dans le psaume aussi : Dieu de l'univers, reviens ! Alors que le plus souvent on entend l'homme pécheur interpellé comme cause de tous ses malheurs.
D'ailleurs le texte d'Isaïe, découpé en morceaux dans la lecture d'aujourd'hui, ne s'en prive pas de souligner un peu plus loin que 'nos fautes nous emportaient comme le vent, comme des feuilles desséchées, nous nous somme égarés.'
L'impératif adressé à Dieu - Reviens vers nous Seigneur - est doublé en réponse par l'évangile d'un impératif adressé par Jésus à ses disciples : Prenez garde, restez éveillés ! Tout pouvoir vous a été donné, comme aux serviteurs de cet homme parti en voyage ; mais voici qu'il revient sans savoir quand précisément, 'le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin'. Alors, veillez !
Le message de ce 1er dimanche de l'avent qui annonce en l'interpellant la venue du Seigneur à Noël - Reviens dans notre monde troublé pour le sauver - est donc aussi pour l'homme remis en selle dans sa responsabilité (Tout pouvoir vous a été donné), dans sa liberté d'agir : Prends garde, et veille ! car le Seigneur revient à l'improviste, et il veut nous trouver sans reproche à son jour.
Le message est vigoureux, plein d'espérance, rien n'est perdu. La joie de Noël se prépare. Certes notre monde est troublé, l'actualité est chargé d'affrontements, de guerre, d'échecs, de catastrophes comme les inondations ; nous sommes témoins de ces drames, et victimes pour quelques uns. Cependant il y a l'avenir. On peut s'en sortir avec foi, espérance et charité. C'est saint Paul qui le dit (aux Corinthiens) : En Jésus Christ vous avez reçu toutes les richesses, celle de la parole et de la connaissance de Dieu… Aucun don de la grâce ne vous manque.
Ne nous privons donc pas d'interpeller Dieu dans ce temps de l'avent et restons vigilants dans nos responsabilités et notre liberté de croyants.

Gémo


p


a

 



















 

Chaque dimanche et jour de fête :

La liturgie de la parole de l'Église Catholique présentée, vivante et active.
Un texte choisi parmi les lectures de la messe, et une idée à mettre en œuvre.
Pour célébrer en paroisse, en groupe, en famille.

Pour réfléchir et prier quand on est seul.