27ème Dimanche

Louange au Créateur

 

Genèse 2, 18-24
Psaume 127
Hébreux 2, 9-11
Marc 10, 2-16

Sans perdre de vue la qualité de l'accueil au début de la liturgie, telle qu'elle a été mise en relief les dimanches précédents, l'insistance aujourd'hui, porte sur la prière de louange. Avant même le signe de la croix, un chant rassemble dans cet esprit : " Que soit béni le nom de Dieu " A 245.



louer Dieu Créateur.
Au commencement, Dieu fit le ciel et la terre. L'intérêt des enfants pour les choses de la nature est transformé dans la liturgie en louange au Créateur (cf. 1ère lecture, livre de la Genèse). La phrase affichée : " Que tes œuvres sont belles !"





prières de louange.
Les différentes prières de louange de la messe, le Gloire à Dieu, les acclamations, Saint le Seigneur, la doxologie : " par Lui, avec Lui et en Lui " sont le plus souvent chantées.
On choisit le Gloire à Dieu pour le chanter ensemble. Du moins, un refrain chanté encadrera la proclamation de cet hymne. Le texte est affiché car tous ne le savent pas par coeur.



livre de la Genèse chap. 2, 18-24.
Récit de la Création. L'homme donne un nom à tous les êtres vivants.

 


Une prière de louange à construire. Chaque enfant invente et compose une phrase, avec les éléments de la nature qu'il aime regarder : fleurs, animaux, paysages ; laissant libre cours aux associations de mots et d'images.
Un modèle de phrase pour l'harmonie de l'ensemble est proposé: Que... (la voix des oiseaux en concert)... loue le Seigneur (ou se réjouisse en l'honneur du Seigneur ou remercie le Seigneur).
La prière de louange est ensuite assemblée. Toutes les phrases sont réunies sur un panneau. Le résultat mérite souvent un affichage paroissial.


. Accueil.
. Chant : " Gloire à Dieu ".
. Lecture : livre de la Genèse 2, 18-24.
. Action : prière de louange composée par les enfants.
. Chant final : " Que tes œuvres sont belles " A 219.






.
La phrase à afficher : " Que tes œuvres sont belles ".
. Un panneau pour y assembler les prières de louange.



de sa marche à vers le désert, le e dsrl, à bot deouge, récrimina contre Dieu et contre Mo

Lecture du livre de la Genèse

Le Seigneur Dieu dit : " Il n'est pas bon que l'homme soit seul. Je vais lui faire une aide qui lui correspondra ". Avec de la terre, le Seigneur Dieu modela toutes les bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les amena vers l'homme pour voir quels noms il leur donnerait. C'étaient des êtres vivants, et l'homme donna un nom à chacun. L'homme donna donc leurs noms à tous les animaux, aux oiseaux du ciel et à toutes les bêtes des champs. Mais il ne trouva aucune aide qui lui corresponde. Alors le Seigneur Dieu fit tomber sur lui un sommeil mystérieux, et l'homme s'endormit. Le Seigneur Dieu prit une de ses côtes, puis il referma la chair à sa place. Avec la côte qu'il avait prise à l'homme, il façonna une femme et il l'amena vers l'homme. L'homme dit alors : " Cette fois-ci, voilà l'os de mes os et la chair de ma chair ! On l'appellera femme - Ishsha -, elle qui fut tirée de l'homme -Ish. " À cause de cela, l'homme quittera son père et sa mère, il s'attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu'un.

 

"Copyright AELF - Tous droits réservés"

 

Parole en plus

Au commencement Dieu créa l'homme et la femme, à cause de cela l'homme quittera son père et sa mère, ils s'attacheront l'un à l'autre et tous deux ne feront plus qu'un. Le récit de la Genèse et l'évangile de Marc énoncent clairement, en peu de mots, les origines de notre humanité, qui peut fort bien s'accommoder avec les théories de l'évolution.
Même si d'autres cultures et religions ont des explications différentes et des réponses plus ou moins merveilleuses à cette question des origines, c'est sur cette base énoncée par la Bible que s'est construite l'humanité et que les générations se sont succédées et renouvelées.
Il est intéressant de le souligner alors qu'en France (2012) un débat musclé s'était ouvert à propos du mariage homosexuel et de l'homoparentalité, débat depuis tranché par voie législative.
L'Eglise catholique a pris part activement à ce débat et chacun de nous est concerné, quoiqu'un peu dérouté par ce virage de civilisation déjà pris par de nombreux pays, y compris dans l'Union Européenne.
En bref la question posée était de savoir s'il faut légaliser l'union et le terme de mariage pour les homosexuels, ainsi que leur qualité de parents pour avoir et élever des enfants. Bien que tous les catholiques ne soient pas d'accord, l'Eglise en France par les interventions des évêques répondait non à la légalisation. Tout en rappelant la nécessité de respect des minorités non conventionnels, comme celle des homosexuels, respect aussi de leur liberté de choix affectif et personnel. Le temps des moqueries et des exclusions doit être aboli. Tout en rappelant aussi le droit des enfants et le bien fondé pour eux d'avoir un père et une mère.
Le droit des adultes à disposer d'eux-mêmes pourrait-il éclipser les droits des enfants ? Nos enfants ne sont pas nos enfants, disait un poète libanais (Khalil Gibran) pour exprimer qu'ils ne nous appartiennent pas comme des objets de désirs ou de besoins.
Le mariage est fragilisé chez nous par un taux élevé de divorces. Du temps des mariages de raison il était plus solide, mais l'amour conjugal n'y régnait pas en maître. Rien n'est parfait. Or c'est sur ce fondement de l'amour, de Dieu et du prochain, que le message évangélique appelle à construire nos vies, nos alliances, nos devoirs, nos droits.
Sans entrer dans le débat, pour conclure, la lettre aux Hébreux (2ème lecture) pourrait élever un peu la réflexion, en ce qui concerne et motive le respect de ceux qui sont différents : "Jésus qui sanctifie, et les hommes qui sont sanctifiés, sont de la même race ; et, pour cette raison, il n'a pas honte de les appeler ses frères."


Gémo

 

p


 



















 

Chaque dimanche et jour de fête :

La liturgie de la parole de l'Église Catholique présentée, vivante et active.
Un texte choisi parmi les lectures de la messe, et une idée à mettre en œuvre.
Pour célébrer en paroisse, en groupe, en famille.

Pour réfléchir et prier quand on est seul.