Assomption de la Vierge Marie (15 août)

Bienheureuse Vierge Marie

 

Apocalypse 11, 19...12, 10
Psaume 44
1 Corinthiens 15, 20-27
Luc 1, 39-56

Au cœur de l'été, l'Église fête Marie, la mère de Jésus. Ce jour férié, très populaire, tombe le plus souvent en semaine. Dans une ambiance de vacances, des familles se rassemblent, des communes de villégiatures organisent des festivités, les paroisses et communautés chrétiennes invitent à des offices pleins de ferveur en l'honneur de celle qui est le plus beau fruit de la Rédemption.
Marie, dont toute l'humanité, corps et âme, est auprès du Christ son fils, dans sa gloire. C'est le dogme de l'Assomption.
La phrase pour la liturgie des enfants, " Bienheureuse Vierge Marie ", est affichée à côté d'une belle reproduction ou statue de Marie.



Marie, bienheureuse.
Elle le reconnaît dans son cantique d'action de grâce, le magnificat, " Désormais tous les âges me diront bienheureuse ". Élisabeth, sa cousine en donne la raison : Marie, " celle qui a cru à l'accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur " (évangile).
Elle s'inscrit en premier et au plus haut parmi les croyants, les saintes et les saints que désigne la béatitude énoncée par son fils Jésus : " Heureux ceux qui entendent la Parole de Dieu et qui la gardent ".




la place de Marie.
La place faite à Marie dans la messe donne un juste repère pour la dévotion mariale des chrétiens. Elle est présente à toute prière de l'Église comme au temps de la première Pentecôte avec les disciples réunis. Dans tous les lieux de culte, et pas seulement dans ceux qui portent son nom, une statue ou autre représentation, voire une chapelle qui lui est consacrée, symbolise la présence active de celle qui prie avec les chrétiens.
Cependant, la liturgie ordinaire de la messe ne mentionne Marie que deux fois : dans le Credo, en parlant de Jésus, né de la Vierge Marie, et dans chaque prière eucharistique en compagnie des apôtres, des saints et des martyrs, auprès desquels les fidèles espèrent partager la vie éternelle.



l'évangile selon saint Luc, chap. 1, 39-56.
Récit de la Visitation : Marie visite sa cousine Élisabeth.

 


L'animateur, résistant à la tentation de résumer un enseignement sur la Vierge Marie (la liturgie n'est pas une séance de catéchisme !), propose plutôt, selon l'intuition fondamentale de la liturgie, de faire goûter les merveilles de Dieu : à propos de Marie, en puisant quelques noms qui lui sont donnés dans les hymnes, les chants et la tradition de l'Église (notamment Mère de Dieu, Notre Dame, Étoile de la mer, Arche de l'Alliance...), il est demandé aux enfants d'y ajouter les noms qu'ils inventent pour Marie comme on le fait pour quelqu'un qu'on aime beaucoup.
Tous ces noms sont inscrits et rassemblés autour d'une silhouette dessinée ou représentation de Marie.

. Accueil.
. Présentation dialoguée de la fête de l'Assomption.
. Lecture : évangile de Luc 1, 39-56.
. Action : des noms pour Marie.
. Chant : en plus d'un chant à Marie - le choix est large - on propose " Que soit béni le nom de Dieu " A 245, qui exprime la phrase de Marie dans son magnificat " Saint est son nom ".




.
Se procurer une statue ou reproduction de Marie.
. La phrase à afficher : " Bienheureuse Vierge Marie ".
. Un panneau.



de sa marche à vers le désert, le e dsrl, à bot deouge, récrimina contre Dieu et contre Mo

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc





En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée ; Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l'enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l'Esprit Saint, et s'écria d'une voix forte : " Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu'à moi ? Car, lorsque j'ai entendu tes paroles de salutation, l'enfant a tressailli d'allégresse au-dedans de moi. Heureuse celle qui a cru à l'accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur ". Marie dit alors : " Mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur. Il s'est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Son amour s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d'Abraham et de sa race à jamais ". Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s'en retourna chez elle.




"Copyright AELF - Tous droits réservés"p

 

 



















 

Chaque dimanche et jour de fête :

La liturgie de la parole de l'Église Catholique présentée, vivante et active.
Un texte choisi parmi les lectures de la messe, et une idée à mettre en œuvre.
Pour célébrer en paroisse, en groupe, en famille.

Pour réfléchir et prier quand on est seul.