La Croix Glorieuse (14 septembre)

Rédemption par la Croix

 

Nombres 21, 4-9
Psaume 77
Philippiens 2, 6-11
Jean 3, 13-17

Lorsque la fête de la Croix glorieuse se trouve un dimanche, elle est célébrée en priorité. Une croix et un christ en gloire sont placés à côté du livre de la Parole.
Le signe de la croix qui encadre la messe (premier et dernier geste) donne le sens du mystère célébré. Notre salut passe par la croix du Christ.



la Rédemption.
Le paradoxe de la croix n'échappe pas aux chrétiens qui la vénèrent. L'instrument de supplice est devenu par la crucifixion du Christ un signe de don de la vie divine, livrée pour sauver les hommes. Dans ce signe, la mort et la résurrection sont inséparables.
Le terme de Rédemption est introduit dans la mesure où l'on parle de Jésus rédempteur (celui qui nous rachète de l'esclavage du péché et nous libère).
La phrase affichée : " Par ta croix, Seigneur, tu nous rends la vie ", antienne du psaume 77.



le sacrifice.
La messe est un sacrifice. Elle actualise le sacrifice de Jésus mort et ressuscité qu'il a offert à la " première messe ", la Cène. Chaque Eucharistie rend présent ce sacrifice unique qui sauve le monde.


l'évangile selon saint Jean chap. 3, 13-17.
Le début du texte fait référence à la 1ère lecture (livre des Nombres) à propos du serpent de bronze. Il est nécessaire au préalable de raconter cet épisode pour en comprendre l'allusion dans l'évangile.

 


Une grande croix a été dessinée sur un panneau. Chaque enfant vient librement la colorier et la décorer d'un motif, d'une phrase qui évoque la vie de Jésus.
En final, on chante " Fais paraître ton jour " Y 53.


. Accueil, signe de la croix.
. Présentation de la fête (cf. le sujet).
. Récit raconté du livre des Nombres (cf. 1ère lecture)
. Lecture : évangile de Jean 3, 3-17.
. Action : Croix décorée.
. Chant : Fait paraître ton jour, Y 53 (ou un autre en rapport avec la croix, et la Rédemption).




.
Une grande croix dessinée sur un panneau.
. Une croix (crucifix) et un christ en gloire (cf. le cadre).
. La phrase à afficher : " Par ta croix Seigneur, tu nous rends la vie ".

 

Récit à raconter du livre des Nombres

Au cours de sa marche à travers le désert, le peuple d'Israël, à bout de courage, récrimina contre Dieu et contre Moïse: " Pourquoi nous avoir fait monter d'Égypte ? Etait-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n'y a ni pain ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ". Alors, le Seigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d'Israël. Le peuple vint vers Moïse et lui dit : " Nous avons péché, en récriminant contre le Seigneur et contre toi. Intercède auprès du Seigneur pour qu'il éloigne de nous les serpents ". Moïse intercéda pour le peuple, et le Seigneur dit à Moïse : " Fais-toi un serpent, et dresse-le au sommet d'un mât : tous ceux qui auront été mordus, qu'ils le regardent, et ils vivront !" Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet d'un mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu'il regardait vers le serpent de bronze, il conservait la vie!


de sa marche à vers le désert, le e dsrl, à bot deouge, récrimina contre Dieu et contre Mo

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean



Nul n'est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme ; De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l'homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle. Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde non pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.

 

"Copyright AELF - Tous droits réservés"p


 



















 

Chaque dimanche et jour de fête :

La liturgie de la parole de l'Église Catholique présentée, vivante et active.
Un texte choisi parmi les lectures de la messe, et une idée à mettre en œuvre.
Pour célébrer en paroisse, en groupe, en famille.

Pour réfléchir et prier quand on est seul.