La transfiguration du Seigneur (6 août)

Transfiguré !

 

Daniel 7, 9..14
Psaume 96
2 Pierre 1, 16-19
Marc 9, 2-10

À la montagne de la transfiguration, une voix se fait entendre : " Celui-ci est mon fils bien-aimé, écoutez le ". La liturgie de la parole est en pleine harmonie avec cette révélation. On y rencontre Jésus, parole vivante de Dieu, on l'écoute, il nous mène vers son Père qui est notre Père.
Le décor tente de lier plusieurs éléments : le livre de la Parole, une représentation de Jésus en gloire (une icône, par exemple), et la lumière éclatante de blancheur d'un tissu (vêtement).
Un arrangement inhabituel fait ressortir ce lien : ces trois objets sont placés ensemble, assez haut pour faire lever le regard. Quelques cubes servant de sièges peuvent être assemblés comme support, en simulant une montagne.



le visible et l'invisible.
Pierre, Jacques et Jean, trois apôtres, ont le privilège de voir l'invisible ; la divinité de Jésus transparaît sur la montagne, alors que pour le reste du temps passé avec Jésus, ils ne voient qu'un homme, leur maître.
Ainsi, la foi conduit le chrétien à regarder comme s'il voyait l'invisible. Les yeux de son corps ne voient que les choses visibles. Mais par la foi, il perçoit l'invisible. Vivre comme s'il voyait le Christ ressuscité, "comme s'il voyait l'invisible" selon la belle expression du père Voillaume, est bien l'invitation faite au lecteur du récit de la Transfiguration.
" Celui-ci est mon fils bien-aimé, écoutez-le " est la phrase affichée.



le credo.
Le symbole de Nicée-Constantinople, nomme Dieu " créateur de l'univers visible et invisible ". Les 3 premières phrases de ce credo sont récitées ensemble. Le visage du Transfiguré y est bien présent : Jésus-Christ, lumière, né de la lumière.



l'évangile selon saint Marc, chap. 9, 2-10.
Le récit de la transfiguration.

 


Par petits groupes, avec un adulte, une chose invisible est choisie, qui fait penser au Royaume de Dieu (déjà présent parmi nous, et non pas dans les nuages).
Cette chose est mimée, pour la faire deviner ensuite quand tous se rassemblent.
Ce choix peut paraître difficile. On donne un repère simple pour l'éveiller : la pensée est invisible, la prière du fond du coeur est invisible.
A titre d'exemples, mais les enfants peuvent avoir d'excellentes idées à retenir de préférence, on peut mimer :
. Le don de l'Esprit (geste de l'imposition des mains)
.L'unité et la paix de Dieu (on se donne la main en demi-cercle : unité ouverte.)
.Le pardon de Dieu (un personnage debout relève un autre à genoux, les autres du groupe les entourent, les bras en croix.)
.L'alliance entre Dieu et l'humanité (on se regroupe sous un arc-en-ciel rapidement colorié).


. Accueil et rite d'ouverture.
. Présentation du décor : 3 éléments (cf. le cadre, ci-dessus).
. Chant. " Peuple de lumière " T 601. Le refrain.
. Lecture. Évangile de Marc 9, 2-10. La Transfiguration.
. Action : mime d'une réalité invisible, par groupe. Puis tous ensemble.
. Récitation des 3 premières phrases du " Je crois en Dieu " long (Credo de Nicée-Constantinople).




.
Se procurer un tissu d'un blanc éclatant, une icône du Christ en gloire.
. La phrase à afficher : " Celui-ci est mon fils bien-aimé, écoutez-le ".



de sa marche à vers le désert, le e dsrl, à bot deouge, récrimina contre Dieu et contre Mo

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc






Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l'écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d'une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et ils s'entretenaient avec Jésus. Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : " Rabbi, il est heureux que nous soyons ici ; dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie ". De fait, il ne savait que dire, tant était grande leur frayeur. Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : " Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le ". Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux. En descendant de la montagne, Jésus leur défendit de raconter à personne ce qu'ils avaient vu, avant que le Fils de l'homme soit ressuscité d'entre les morts. Et ils restèrent fermement attachés à cette consigne, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : ressusciter d'entre les morts.


"Copyright AELF - Tous droits réservés"p

 

 



















 

Chaque dimanche et jour de fête :

La liturgie de la parole de l'Église Catholique présentée, vivante et active.
Un texte choisi parmi les lectures de la messe, et une idée à mettre en œuvre.
Pour célébrer en paroisse, en groupe, en famille.

Pour réfléchir et prier quand on est seul.