23ème Dimanche

Préférer le Christ

 

Sagesse 9, 13-18
Psaume 89
Philémon 9…17
Luc 14, 25-33

Ce dimanche proche de la rentrée scolaire rassemble des enfants en petit nombre, des habitués de la liturgie de la Parole avec lesquels le déroulement peut être plus spontané.
Ils aident à mettre en place les éléments principaux : le livre de la Parole, une croix, un cierge.


préférer le Christ
Le chrétien porte un amour préférentiel au Christ, ce qui ne veut pas dire qu'on ignore toute personne par ailleurs, bien au contraire ! Dans la pédagogie de l'évangile, les oppositions sont parfois poussées à leur comble. Ici, l'enseignement de Jésus ne peut s'éloigner de ce qu'il dit par ailleurs : son commandement de l'amour de Dieu et celui du prochain indissolublement liés.
Préférer le Christ a deux implications : porter sa croix pour marcher derrière lui, et renoncer à tous ses biens.



une croix toujours présente
Un simple rappel s'impose : la croix du Christ est toujours présente dans une assemblée de chrétiens. Représentée diversement, grande ou petite, en bois ou en métal, crucifix ou christ en gloire, elle ne peut être mise de côté comme si elle gênait. L'amour du Christ pour tout homme est passé par l'épreuve de la croix.

 

l'évangile selon saint Luc (14, 25-33)
Celui qui ne porte pas sa croix... celui qui ne renonce pas à tous ses biens ne peut pas être disciple de Jésus.

 


Un échange a lieu sur le sens que peut prendre, pour les enfants, les deux expressions " porter sa croix " et " renoncer à tous ses biens. "
Sans rien édulcorer de l'évangile, l'animateur s'efforce de maintenir les idées échangées au niveau concret des enfants, ce qu'ils peuvent porter de pénible, ce à quoi ils peuvent renoncer.



. Accueil et signe de croix.
. Lecture : évangile de Luc (14, 25-33).
. Action : échange sur " porter sa croix " et " renoncer à tous ses biens. "




. La phrase à afficher : " Préférer le Christ "


urs de sa marche à vers le désert, le peuple d'Israël, à bout de courage, récrimina contre Dieu et contre Moïse: "Pourquoi nous avoir fait monter d'Égypte ? Etait-ce pour nous faire mourir dans le désert, oÉvangile de Jésus Christ selon saint Luc



En ce temps-là, de grandes foules faisaient route avec Jésus ; il se retourna et leur dit : " Si quelqu'un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple. Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher derrière moi, ne peut pas être mon disciple.
Quel est celui d'entre vous qui, voulant bâtir une tour, ne commence par s'asseoir pour calculer la dépense et voir s'il a de quoi aller jusqu'au bout ? Car, si jamais il pose les fondations et n'est pas capable d'achever, tous ceux qui le verront vont se moquer de lui : ' Voilà un homme qui a commencé à bâtir et n'a pas été capable d'achever !' Et quel est le roi qui, partant en guerre contre un autre roi, ne commence par s'asseoir pour voir s'il peut, avec dix mille hommes, affronter l'autre qui marche contre lui avec vingt mille ? S'il ne le peut pas, il envoie, pendant que l'autre est encore loin, une délégation pour demander les conditions de paix. Ainsi donc, celui d'entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple. "

'"Copyright AELF - Tous droits réservés"

 

Parole en plus

La parole de Dieu nous tire vers le haut, alors que nos préoccupations sont souvent terre à terre… nous sommes des terriens, tirés de la terre d'autant que c'est bien vu et bien dit par l'auteur du livre de la Sagesse : " Notre enveloppe d'argile alourdit notre esprit aux mille pensées. "
Tirés vers le haut, c'est-à-dire vers la grandeur de Dieu. Qui peut découvrir ses intentions ? Et comprendre ses intentions ? Il n'est pas à portée de main pour s'en servir comme un assistant, un auxiliaire. Pour lui, " mille ans sont comme hier, c'est un jour qui s'en va, une heure dans la nuit… "
La distance est immense même si l'homme est créé à son image. Comme le disait un concile (IVème concile du Latran. 1215) " Entre le Créateur et la créature, si grande soit la ressemblance qu'on peut noter, la dissemblance est plus grande encore. "
Tirés vers le haut par la grandeur de Dieu qui paraît inaccessible, nous sommes poussés cependant à une estime profonde de ce qu'est l'homme, de sa vie, de ce qu'il est capable de faire de bien. Consolide pour nous l'ouvrage de nos mains, conclut le psalmiste ;
La figure de Jésus dans l'évangile, sa personne qui unit divinité et humanité, vient nous montrer un chemin possible pour grandir, pour s'élever, aller plus haut, plus loin. C'est un chemin d'amour, celui de la croix portée comme il l'a fait.
Le message d'aujourd'hui, en résumé, éclaire un peu le croyant : le disciple est tiré vers le haut pour contempler la grandeur de Dieu. Le chemin a été ouvert par Jésus pour réconcilier le divin et l'humain apparemment si distants.

Gémo


 

 



















 

Chaque dimanche et jour de fête :

La liturgie de la parole de l'Église Catholique présentée, vivante et active.
Un texte choisi parmi les lectures de la messe, et une idée à mettre en œuvre.
Pour célébrer en paroisse, en groupe, en famille.

Pour réfléchir et prier quand on est seul.