3ème Dimanche

Plusieurs membres, un seul corps

 

Néhémie 8, 1…10
Psaume 18
1 Corinthiens 12, 12-30
Luc 1, 1-4 ; 4, 14-21

Une préparation du lieu où les enfants sont accueillis est à chaque fois nécessaire. Ce qui demande à l'animateur d'être en avance. Les sièges sont installés ; le livre de la Parole mis en place, ainsi que le décor avec la phrase affichée. Des tables sont aussi prévues pour l'action. Les choses sont prêtes pour que le temps disponible soit entièrement consacré à la liturgie, au déroulement prévu, sans précipitation.


" Vous êtes le corps du Christ "
Pour développer cette affirmation, saint Paul donne la comparaison du corps humain où les membres différents, avec leurs fonctions interdépendantes, sont unis. Une application concrète de cet enseignement à la petite communauté d'enfants rassemblés, consiste à faire valoir la diversité : il y a des filles et des garçons, des petits et des grands, avec leurs aptitudes à exercer, et leurs incapacités à respecter ; il y a aussi des adultes présents. Tous différents, mais unis dans un même groupe qui célèbre. A une échelle réduite, les enfants font là, une expérience de l'Église corps du Christ.
La phrase affichée est : " Vous êtes le corps du Christ ".




l'unité des chrétiens
La prière pour l'unité des chrétiens est souvent insérée dans la liturgie de ce dimanche. L'animateur propose donc une intention de prière universelle dans ce sens. Un chant l'accompagne : " Que soit parfaite notre unité " D 341-1.

 

1ère lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens (12,12-30)
La lecture est aménagée, elle comprend le début jusqu'à " la tête ne peut pas dire au pied : je n'ai pas besoin de vous… " puis se termine par la phrase : " Vous êtes le corps du Christ et, chacun pour votre part, vous êtes les membres de ce corps ".

 


La comparaison de saint Paul pour faire comprendre un aspect du mystère de l'Église, est interprétée sous forme d'un puzzle à réaliser ensemble.
On a préparé deux grandes silhouettes identiques de personnages debout : l'une, en carton, découpée en morceaux (le puzzle), l'autre, en papier, entière, pour guider la reconstitution du puzzle. Une quinzaine de morceaux suffit. Les enfants décorent les morceaux disposés en vrac sur des tables et y inscrivent ce qu'ils ont déjà fait ou aimeraient faire au service de la liturgie de la Parole qui les rassemble : être en avance pour préparer, allumer la bougie, lire la Parole de Dieu, lire la phrase affichée, apporter les offrandes, jouer d'un instrument de musique…
Puis le puzzle est assemblé au sol et collé sur le double avant d'être fixé au mur.



. Accueil et rite d'ouverture.
. Lecture par un enfant de la phrase affichée : " Vous êtes le corps du Christ ".
. L'animateur, sans lire le texte de saint Paul (2ème lecture), raconte la comparaison du corps : plusieurs membres qui ont besoin les uns des autres.
. Action : Le puzzle du corps.
. Lecture : saint Paul aux Corinthiens (12,12-30).
. Intention de prière finale : pour l'unité des chrétiens, et chant " Que soit parfaite notre unité " D 341-1 ou " Je cherche le visage " (SM. R. Fau).




. La phrase à afficher : " Vous êtes le corps du Christ ".
. Une silhouette de personnage, découpée en morceaux, avec son double non découpé comme support.
. Des tables, des feutres pour décorer les morceaux du puzzle, de la colle.



 Lecture de la 1ère lettre de saint Paul aux Corinthiens




Frères, prenons une comparaison : le corps ne fait qu'un, il a pourtant plusieurs membres ; et tous les membres, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps. Il en est ainsi pour le Christ. C'est dans un unique Esprit, en effet, que nous tous, Juifs ou païens, esclaves ou hommes libres, nous avons été baptisés pour former un seul corps. Tous nous avons été désaltérés par un unique Esprit.
Le corps humain se compose non pas d'un seul, mais de plusieurs membres. Le pied aurait beau dire : " Je ne suis pas la main, donc je ne fais pas partie du corps ", il fait cependant partie du corps. L'oreille aura beau dire : " Je ne suis pas l'œil, donc je ne fais pas partie du corps ", elle fait cependant partie du corps. Si, dans le corps, il n'y avait que les yeux, comment pourrait-on entendre ? S'il n'y avait que les oreilles, comment pourrait-on sentir les odeurs ? Mais, dans le corps, Dieu a disposé les différents membres comme il l'a voulu. S'il n'y avait en tout qu'un seul membre, comment cela ferait-il un corps ? En fait, il y a plusieurs membres, et un seul corps. L'œil ne peut pas dire à la main : " Je n'ai pas besoin de toi " ; la tête ne peut pas dire aux pieds : " Je n'ai pas besoin de vous " […] Or vous êtes le corps du Christ et, chacun pour votre part, vous êtes les membres de ce corps. […]

 

"Copyright AELF - Tous droits réservés"

 

Parole en plus

Pour bien comprendre la joie et l'émotion dans la 1ère lecture (livre de Néhémie), joie et émotion de la foule qui se rassemble autour d'Esdras et de Néhémie, hommes , femmes et enfants en âge de comprendre, il faut savoir qu'ils étaient déportés, en exil loin de chez eux, et qu'enfin ils pouvaient entendre la voix dont ils étaient privés : c'était le livre de la Loi si cher à leur cœur. Ce fut l'occasion d'une fête, un jour de joie consacré à Dieu ; ce livre étant la parole de Dieu confiée à Moïse.
Pour tenter une transposition avec les rassemblements d'Eglise aujourd'hui - la messe par exemple - il y a aussi un jour consacré à Dieu, jour d'écoute de sa parole, le dimanche, jour du Seigneur. Le livre de sa parole, la bible, y a une place privilégiée, qui n'est pas celle d'un objet de la liturgie, mais il s'agit d'une véritable table de la Parole autour de laquelle on se rassemble, comme autour de la table de l'eucharistie, une table où on se réjouit ensemble, où on se parle à son tour, une table de partage fraternel avec le souci les uns des autres. L'amour de Dieu y est ainsi célébré.
Est-ce bien cela que nous vivons ici au jour du Seigneur ? Oui, dans la mesure où c'est la foi qui nous motive plus que le seul goût de se rassembler et au-delà d'une habitude ou d'une obligation quand on se sent un peu poussé à la messe par d'autres que soi.
Croire au Christ, en sa présence qui fortifie, en sa parole qui nourrit, qui donne du sens à notre vie, qui appelle chacun à prendre sa place et fonction utiles à l'ensemble du corps, comme l'exprime avec pertinence saint Paul dans la comparaison du corps humain.
S'il y a une "porte de la foi" à franchir, c'est bien celle du dimanche, jour du Seigneu,r avec la messe pour grandir, pour mûrir et porter des fruits.

Gémo



'y a ni pain ni eau? Nous sommes dégoûtés de cette nourrSeigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d'Israël. Le peuple vint vers Moïse et lui dit: "Nous avons péché, en récriminant contre le Seigneur et contre toi. Intercède auprès du Seigneur pour qu'il éloigne de nous les serpents." Moïse intercéda pour le peuple, et le Seigneur dit à Moïse: "Fais-toi un serpent, et dresse-le, qu'ils le regardent, et ils vivront!" Moïse fit un serpent de bronze et le dressau sommet d'un mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu'il regardait vers le serpent de bronze, il conservait

 



















 

Chaque dimanche et jour de fête :

La liturgie de la parole de l'Église Catholique présentée, vivante et active.
Un texte choisi parmi les lectures de la messe, et une idée à mettre en œuvre.
Pour célébrer en paroisse, en groupe, en famille.

Pour réfléchir et prier quand on est seul.