4ème Dimanche de Pâques

Une foule immense

 

Actes 13, 14…52
Psaume 99
Apocalypse 7, 9…17
Jean 10, 27-30


Ce dimanche du " Bon Pasteur " (évangile), avec son allégorie de berger et de brebis, parle de Jésus comme un guide qui protège et donne la vie. Il est choisi habituellement pour sensibiliser les fidèles aux vocations et prier, en particulier, pour ceux et celles que Dieu appelle à être, à l'image du Bon Pasteur, des guides pour son peuple, chrétiens appelés à divers ministères de l'Église, pour sa mission dans le monde.
Le décor de la liturgie peut inclure une belle photo de berger avec son troupeau.


une foule immense conduite par le Christ
La vision de saint Jean, dans l'Apocalypse (2ème lecture), interprète et déplace vers l'avenir (l'eschatologie) le message du Bon Pasteur.
L'humanité libérée de toutes les entraves du péché est menée aux sources de la vie éternelle, par le Christ, vers le Père. Plus de soif. Plus de brûlure du soleil. Dieu essuiera toutes larmes.
Le regard des enfants pleins d'imagination peut percevoir cette vision de la foi : chaque groupe et rassemblement de tous pays font partie de cette foule immense pour laquelle le Christ s'est livré, lui qui est à la fois le Pasteur et l'Agneau (1ère lecture).
La phrase affichée est : " Jésus est le bon berger de toutes les nations. "


le prêtre
Dans l'assemblée du dimanche, à la fois petite partie et figure du peuple de Dieu, le prêtre représente le Christ, celui qui rassemble, guide et unit son peuple, le Christ tête du corps que forme l'Église.
L'animateur invite les enfants à considérer ainsi le prêtre qui célèbre la messe, à voir en lui le Christ, bon pasteur dont parle l'évangile.

l'Apocalypse de saint Jean, chap. 7,9…17.
" Moi, Jean, j'ai vu une foule immense… "
L'action proposée ci - dessous s'inspire de ce texte. Mais aussi, on retient la lecture de l'évangile selon saint Jean (10,27-30) : Le Bon Pasteur.


Des photos les plus diverses, de groupes, de rassemblements, de foules, de races et de pays différents, ont été découpées dans des revues et magazines d'actualité. Elles sont mises sous les yeux des enfants. Ceux-ci sont invités à mettre, à chaque photo, une légende qui exprime le désir du Christ que tous soient un jour réunis dans son Royaume. Légende si possible imaginée à la manière de saint Jean dans sa vision, parlant de leurs vêtements lavés, de leur faim comblée, leur soif apaisée, leurs larmes essuyées.
A défaut d'idées créatives, des phrases du psaume (99) ou du texte de l'Apocalypse, peuvent être prises comme légende. Il faut alors prévoir soit l'affichage en grand de ces deux textes, soit leur distribution en plusieurs exemplaires. Dans les deux cas, pour faciliter le choix d'une légende, les phrases adéquates ont été surlignées.
Un panneau est ensuite constitué avec les photos et leurs légendes. Tous, rassemblés devant, chantent " Peuple de lumière " T 601, ou " Peuple choisi " K 64.


. Accueil.
. Chant : " Jésus berger de toute humanité " G 310-1.
. Lecture : Apocalypse de saint Jean (7,9…17) ; bref commentaire introduisant l'évangile.
. Lecture : Evangile de Jean (10,27-30).
. Action : Des légendes à imaginer pour les photos de foules.
. Final : Avant le déplacement pour participer à l'Eucharistie, l'animateur parle du prêtre à regarder comme le Christ, bon berger, tête du corps que forme le peuple de Dieu.


. La phrase à afficher : " Jésus est le bon berger de toutes les nations. "
. Prévoir des photos de groupes, foules, de tous pays ; du papier pour les légendes, un panneau, des feutres surligneurs.
. Les textes du psaume et de l'Apocalypse affichés ou distribués.
arche à vers le désert, le peuple d'Israël, à bout de courage, récrimina contre Dieu et contre Moïse: "Pourquoi nous avoirApocalypse de saint Jean d'Égypte ? Etait-ce pour nous faire mourir da
Moi, Jean, j'ai vu une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, tribus, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l'Agneau, vêtus de robes blanches, avec des palmes à la main.
L'un des Anciens me dit : " Ceux-là viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs robes, ils les blanchies par le sang de l'Agneau. C'est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu, et le servent, jour et nuit, dans son sanctuaire. Celui qui siège sur le Trône établira sa demeure parmi eux. Ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif, ni le soleil ni la chaleur ne les accablera, puisque l'Agneau qui se tient au milieu du Trône sera leur pasteur pour les conduire aux sources de la vie. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. "


Evangile de Jésus Christ selon saint Jean


En ce temps-là, Jésus déclara : " Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, personne ne les arrachera de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut les arracher de la main du Père. Le Père et moi, nous sommes UN."

Psaume 99
Acclamez le Seigneur, terre entière
servez le Seigneur dans l'allégresse
venez à lui avec des chants de joie

Reconnaissez que le Seigneur est Dieu
il nous a faits, et nous sommes à lui
nous, son peuple, son troupeau.

Oui, le Seigneur est bon
éternel est son amour
sa fidélité demeure d'âge en âge.

 

"Copyright AELF - Tous droits réservés"

 

Parole en plus

La vie éternelle, dont les textes de ce dimanche font mention, peut être source de malentendu si on en reste au mot à mot qui laisse entendre une vie pour l'avenir à durée indéterminée, une vie sans fin, bienheureuse, pour plus tard. Or saint Jean rectifie cette idée fausse en disant tout simplement que la vie éternelle c'est connaître Dieu. Ainsi les croyants ont déjà la vie éternelle en eux puisqu'ils participent à la vie divine. Par la foi ils connaissent Dieu, même si cette connaissance est imparfaite et en recherche.
Dans les Actes des Apôtres Paul et Barnabé encouragent les convertis au judaïsme à rester fidèles à la grâce de Dieu reçue par eux, païens, en se convertissant au judaïsme. La Bonne Nouvelle de Jésus ne détourne pas de la grâce de Dieu déjà acquise dans le judaïsme, elle vient l'accomplir en plénitude. C'est l'épanouissement total de la conversion des païens, par la vie et le message d'un juif, Jésus.
Le convertis sont plus sensibles et plus souples pour accueillir avec joie la nouvelle, alors que les chefs religieux, traditionalistes de l'époque, en prennent ombrage, se rembrunissent, suspectent cette bonne nouvelle de subversion ; ils ne veulent pas entendre parler de ce Jésus ressuscité qui fait connaître Dieu son père, c'est pourquoi Paul leur dit qu'eux-mêmes, par ce refus, ne se sont pas 'jugés dignes de la vie éternelle', c'est à dire de connaître vraiment Dieu.
La vision de l'Apocalypse de saint Jean, avec cette foule de toutes les nations, tribus, peuples et langues, en vêtements blancs, n'est rien d'autre qu'un flash sur la réalité actuelle de tout ceux qui par la foi, par le baptême, par l'amour du prochain, ont été plongés avec Jésus-Christ dans la vie de Dieu. Et nous en sommes de cette foule de croyants, mêlée de brebis égarées, conduite vers lui qui essuiera toute larme de leurs yeux.
Le bon pasteur, le vrai berger, Jésus le Christ, connaît son troupeau. Il a souci de tous. Il leur donne la vie éternelle, c'est à dire, encore une fois, la connaissance de Dieu, et son amour. Il donne à son peuple les moyens de vivre de cette vie divine, au jour le jour, avec des pasteurs et des fidèles, appelés à leur tour au souci de tous.

Gémo


 



















 

Chaque dimanche et jour de fête :

La liturgie de la parole de l'Église Catholique présentée, vivante et active.
Un texte choisi parmi les lectures de la messe, et une idée à mettre en œuvre.
Pour célébrer en paroisse, en groupe, en famille.

Pour réfléchir et prier quand on est seul.