5ème Dimanche de Carême

Un monde nouveau

 

Isaïe 43, 16-21
Psaume 125
Philippiens 3, 8-14
Jean 8, 1-11

Les phrases affichées depuis le début du Carême, avec celle d'aujourd'hui, sont rassemblées en étoile à proximité du Livre de la Parole. L'animateur fait deviner et lire tout haut la phrase de ce 5ème dimanche : " Voici que je fais un monde nouveau " (1ère lecture).



l'annonce d'un monde nouveau
Elle est très imagée dans la 1ère lecture : route dans le désert, fleuves dans les lieux arides, bêtes sauvages rendant gloire au Seigneur ; le peuple désaltéré redit la louange du Seigneur.
Plus intériorisé dans l'évangile, ce monde nouveau est fait d'accueil et de pardon. La parabole de dimanche dernier (le fils retrouvé) est encore présente à la mémoire. La rencontre de Jésus et de la femme adultère dans l'évangile d'aujourd'hui, vient renforcer cette annonce de la miséricorde de Dieu dont est fait le monde nouveau. L'animateur raconte cette rencontre, en final.



le rite de la paix (baiser de paix)
De la simple poignée de main à l'accolade, le geste de la paix du Christ transmise et échangée est bien compris et apprécié de tous. Il oblige parfois, à sortir de son isolement dans une communauté de personnes anonymes, comme pour le geste de l'accueil réciproque en début de messe. Le plus souvent c'est le seul moment où la liturgie invite à sourire.
Avant de communier, l'amour fraternel, si essentiel au Corps du Christ, se manifeste dans un climat de joie et d'unité.

le livre d'Isaïe (43,16-21)
Un monde nouveau annoncé par le prophète.

 


L'harmonie de la nature est signe du monde nouveau. Bêtes sauvages, chacals et autruches, ainsi que l'eau qui coule dans le désert, sont une louange au Seigneur, alors que les chars, les chevaux et les puissants guerriers sont couchés pour ne plus se relever.
Chaque enfant choisit le cri d'un animal et tous s'essayent à l'imiter à haute voix. Un chœur des animaux et bêtes sauvages se forme ainsi, pour prolonger l'idée imagée du prophète Isaïe, à la louange du Seigneur.
Le chœur s'exprime dans le temps où l'animateur lève la main (Choeur des animaux) entre chaque phrase qu'il reprend de la 1ère lecture :
1. " Voici que je fais un monde nouveau : il germe déjà, ne le voyez - vous pas ?"
-Chœur des animaux.
2. " Oui, je vais faire passer une route dans le désert, des fleurs dans les lieux arides."
-Chœur des animaux.
3. " Les bêtes sauvages me rendront gloire, les chacals, les autruches (et tous les animaux). "
-Chœur des animaux.
4. " Parce que j'aurai fait couler de l'eau pour désaltérer mon peuple, ce peuple redira ma louange. "
-Chœur des animaux.
Pour le retour au calme, tous chantent le " Psaume de la création" C 556.




. Accueil et rite d'ouverture.
. La phrase affichée, devinée parmi les autres des dimanches de Carême.
. Lecture : Isaïe (43,16-21).
. Action : Chœur des animaux et bêtes sauvages.
. Chant : " Psaume de la création " C 556.
. Final : L'animateur raconte la rencontre de Jésus et de la femme adultère (évangile). Pour conclure : le monde nouveau que Jésus construit, avec nous, est à base de pardon du péché.
. Geste échangé de la paix du Christ, avant de rejoindre l'Eucharistie à l'église. Chant: " La paix soit avec vous " D 192.



. Réunir les phrases affichées des 4 dimanches de carême précédents + celle d'aujourd'hui : " Voici que je fais un monde nouveau ".

. Repérer dans le texte d'Isaïe les 4 phrases de l'action ci-dessus.


de sa marche à vers le désert, le peuple d'Israël, à bout de courage, récrimina contre Dieuavoir fait monter d'Égypte ? Etait-ce pour nous faire mour

Lecture du livre d'Isaïe



Ainsi parle le Seigneur, lui qui fit un chemin dans la mer, un sentier dans les eaux puissantes, lui qui mit en campagne des chars et des chevaux, des troupes et de puissants guerriers ; les voilà tous couchés pour ne plus se relever, ils sont éteints, consumés, comme une mèche. Le Seigneur dit : " Ne faites plus mémoire des événements passés, ne songez plus aux choses d'autrefois. Voici que je fais une chose nouvelle : elle germe déjà, ne la voyez-vous pas ? Oui, je vais faire passer un chemin dans le désert, des fleuves dans les lieux arides. Les bêtes sauvages me rendront gloire - les chacals et les autruches - parce que j'aurai fait couler de l'eau dans le désert, des fleuves dans les lieux arides, pour désaltérer mon peuple, celui que j'ai choisi. Ce peuple que j'ai façonné redira ma louange. "


À raconter:


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus s'en alla au mont des Oliviers. Dès l'aurore, il retourna au Temple. Comme tout le peuple venait à lui, il s'assit et se mit à enseigner.
Les scribes et les pharisiens lui amenèrent une femme qu'on avait surprise en situation d'adultère. Ils la mettent au milieu d'eux, et disent à Jésus : " Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d'adultère. Or, dans la loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, qu'en dis-tu ?" Ils parlaient ainsi pour le mettre à l'épreuve, afin de pouvoir l'accuser. Mais Jésus s'était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre. Comme on persistait à l'interroger, il se redressa et leur dit : " Celui d'entre vous qui est sans péché, qu'il soit le premier à lui jeter une pierre." Et il se baissa de nouveau et il écrivait sur la terre. Eux, après avoir entendu cela, s'en allaient un par un, en commençant par les plus âgés. Jésus resta seul avec la femme toujours là au milieu.
Il se redressa et lui demanda : " Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t'a condamnée ?" Elle répondit : " Personne, Seigneur. " Et Jésus lui dit : " Moi non plus, je ne te condamne pas ; va, et désormais ne pèche plus."

"Copyright AELF - Tous droits réservés"

 

Parole en plus

Le devoir de mémoire est bien nécessaire pour acquérir de l'expérience et aller de l'avant. Se souvenir par où on est passé dans son histoire personnelle et collective. Se souvenir de l'histoire de son peuple, lourde d'épreuves, d'échec et de réussites.
Il semble que ce soit un point commun des textes de ce dimanche. Se souvenir pour aller positivement de l'avant. La grande fresque récurrente du passage de la mer rouge, avec les chevaux et les chars qui poursuivent les Hébreux en fuite, est l'occasion pour Isaïe de montrer la nécessité de tourner la page, après le devoir de mémoire si important, de ne pas en rester là, fixé sur le passé, afin d'aller de l'avant, plein d'espérance. " Ne vous souvenez plus d'autrefois, ne songez plus au passé. Voici que je fais un monde nouveau ". De belles images pour les pays chauds viennent animer ce message : une route dans le désert, des fleuves dans les lieux arides. Ailleurs l'image à retenir serait plutôt celle du printemps, qui toujours éblouit et redonne des couleurs après l'hiver.
Saint Paul, lui, parle de son expérience personnelle. Tout ce qu'il a vécu de bon, avantages et privilèges, il le considère comme rien face à la connaissance du Christ qu'il a reçue pour participer à sa mort et sa résurrection. Son témoignage est vibrant de foi et d'espérance : " Une seule chose compte : oubliant ce qui est en arrière, et lancé vers l'avant, je cours vers le but pour remporter le prix auquel Dieu nous appelle là-haut dans le Christ Jésus ".
Enfin l'évangile de saint Jean et son récit sur la femme adultère montre bien le devoir de mémoire pour dépasser ensuite un situation embarrassante : les gens, scribes et pharisiens, qui voulaient une application stricte de la loi pour condamner cette femme, sont interpellés par jésus dans leur propre histoire personnelle (" Celui d'entre vous qui est sans péché, qu'il soit le premier à lui jeter une pierre ") Jésus prend des risques. Qu'aurait-il dit si quelqu'un avait jeté la 1ère pierre ? Il mise sur la vérité capable de l'emporter au cœur raisonnable de l'homme. Tous les accusateurs se retirent, conscients qu'ils sont aussi faibles et infidèles d'une manière ou d'une autre. Jésus mise aussi sur la capacité de cette femme à reprendre son chemin dans la clarté. " Va, et ne pêche plus ".
Effort de mémoire, effort de vérité, effort de reprendre courage pour aller de l'avant et recevoir d'un autre, le Christ, la grâce de tourner la page : voici le contenu de ce qu'on appelle le pardon, qui est la clef de cet évangile.
Un monde nouveau ne se fait pas à coup de condamnations. Il vient par la grâce du pardon. Le carême invite à prendre ce chemin.

Gémo



 



















 

Chaque dimanche et jour de fête :

La liturgie de la parole de l'Église Catholique présentée, vivante et active.
Un texte choisi parmi les lectures de la messe, et une idée à mettre en œuvre.
Pour célébrer en paroisse, en groupe, en famille.

Pour réfléchir et prier quand on est seul.