6ème Dimanche

Le bonheur

 

Jérémie 17, 5-8
Psaume 1
1Corinthiens 15, 12…20
Luc 6, 17…26

La chance d'une petite communauté qui célèbre est de pouvoir échanger, se parler. La liturgie porte des fruits pour la sanctification des fidèles, dans la mesure où leurs vies, avec joies et difficultés quotidiennes, avec événements familiaux et sociaux, n'en sont pas exclues.
Aujourd'hui, on prend le temps de se donner des nouvelles : quels événements marquants, cette semaine ? Quelles rencontres ? Un tel est-il malade ? Comment ça se passe à l'école ? A la maison, y a-t-il une bonne entente ? Etc.



le bonheur
La 1ère lecture (Jérémie) et le psaume donnent une image de l'homme heureux, adaptée aux pays chauds : il est comme un arbre planté près d'un ruisseau, il ne craint pas la chaleur, la sécheresse, son feuillage reste vert, il porte du fruit.
Même si l'on est en hiver, la comparaison de l'arbre peut être développée avec les enfants à propos du bonheur. La phrase affichée fait mémoriser l'image : " Comme un arbre planté près d'un ruisseau " (ps.1). Le bonheur que la Parole de Dieu promet est celui des Béatitudes (évangile).




la résurrection fêtée
La résurrection de Jésus est célébrée tous les dimanches de l'année, comme autant de reflets du dimanche de la Résurrection : Pâques.
Comme elle fut la joie des apôtres et premiers disciples, la présence du ressuscité est la joie des croyants qui se rassemblent. Une liturgie de la messe bien menée fait transparaître cette joie : la résurrection de Jésus le Christ est le bonheur des croyants ; On peut le faire remarquer aux enfants et leur demander s'ils y croient (cf. 2ème lecture : st Paul).

 

l'évangile selon saint Luc (6,17…26)
Béatitudes et malédictions. Les Béatitudes du discours sur la montagne (st Matthieu) sont plus connues et enseignées au catéchisme. Cependant, ce texte est lu intégralement avec un bref commentaire à partir des questions des enfants.

<
Un échange est introduit sur le sujet du bonheur vécu par les enfants. Sans l'idéaliser, il est toujours mêlé aux expériences douloureuses. Par exemple, le bonheur de guérir d'une maladie, de se réconcilier après une bagarre, d'avoir su renoncer à se venger, de réussir après un échec (à l'école ou en sport). Ainsi, ces questions peuvent aider à s'exprimer : Qui a eu le bonheur de guérir ? Raconte. Qui a eu le bonheur de se réconcilier ? Raconte. Etc.
L'échange se poursuit sur le bonheur de croire : Qui a ressenti du bonheur de croire en Dieu ? Raconte. Y a-t-il une phrase de la parole de Dieu qui te rend heureux ? Laquelle?
Pour conclure l'animateur fait lire le psaume 1.



. Accueil et dialogue initial : Des nouvelles à se donner, de la semaine, les uns des autres.
. Alléluia : Acclamation chantée avant l'évangile, qui rappelle la joie de la résurrection au coeur de chaque dimanche.
. Lecture : Evangile de Luc (6,17…26). Bref commentaire - questions des enfants.
. Action : Echange sur le bonheur.
. En final, lecture du psaume 1.



. La phrase à afficher : " Comme un arbre planté près d'un ruisseau… "

cours de sa marche à vers le désert, le peuple d'Israël, à bout de courage, récrimina contre Dieu et contre Moïse: "Pourquoi nous avoir fait monter d'Égypte ? Etait-ce pour nous faire mourir dans le désert, oÉvangile de Jésus Christ selon saint Luc




En ce temps-là, Jésus descendit de la montagne avec les Douze et s'arrêta dans la plaine. Il y avait là un grand nombre de ses disciples, et une grande multitude de gens venus de toute la Judée, de Jérusalem, et du littoral de Tyr et de Sidon.
Et Jésus, levant les yeux sur ses disciples, déclara : " Heureux, vous les pauvres : car le Royaume de Dieu est à vous ! Heureux, vous qui avez faim maintenant : car vous serez rassasiés ! Heureux, vous qui pleurez maintenant : car vous rirez ! Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l'homme. Ce jour-là, réjouissez-vous, tressaillez de joie, car alors votre récompense est grande dans le ciel ; c'est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les prophètes.
Mais quel malheur pour vous les riches : car vous avez votre consolation ! Quel malheur pour vous qui êtes repus maintenant : car vous aurez faim ! Quel malheur pour vous qui riez maintenant : car vous serez dans le deuil et vous pleurerez. Quel malheur pour vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous ! C'est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les faux prophètes. "

 

Psaume 1 :

Heureux est l'homme
qui n'entre pas au conseil des méchants,
qui ne suit pas le chemin des pécheurs,
ne siège pas avec ceux qui ricanent,
mais se plaît dans la loi du Seigneur
et murmure sa loi jour et nuit

Il est comme un arbre
planté près d'un ruisseau,
qui donne du fruit en son temps,
et jamais son feuillage ne meurt ;
tout ce qu'il entreprend réussira.

Tel n'est pas le sort des méchants.
Mais ils sont comme la paille balayée par le vent.
Le Seigneur connaît le chemin des justes,
mais le chemin des méchants se perdra
.

"Copyright AELF - Tous droits réservés"

 

Parole en plus

 

Le bonheur et le malheur nous appartiennent alors que le plus souvent on croit que Dieu le distribue à sa guise, avec des inégalités choquantes à nos yeux.
Heureux ou malheureux, il dépend de nous de l'être, avec ce qu'on a, avec ce qu'on est. Le choix du bonheur ou du malheur est notre affaire. L'évangile de Luc semble nous mettre en face de cette responsabilité qui est individuelle et collective;
Ce qui rejoint curieusement l'actualité où l'on prend conscience que l'avenir de la vie sur notre planète, du bonheur sur terre, dépend de chacun et de tous. Exemple : si l'on détruit les abeilles avec des insecticides mortifères, les malheurs en cascades sont prévisibles pour la vie qui risque de disparaître…
La mise en garde est sévère dans l'évangile de Luc, plus qu'en saint Matthieu avec ses seules béatitudes, puisque ici, entre Heureux ou Malheureux il faut choisir. Choisir son camp.
Le chemin pour y arriver à ce bonheur désiré par tous et pour tous s'éclaire par la vie de Jésus.
Il a choisi d'être pauvre alors qu'il avait le pouvoir de changer les pierres en pain (et l'eau en vin). Il a choisi d'avoir faim plutôt que de manquer à sa mission - sa famille lui reproche de sauter des repas. Ses proches croient même qu'il a perdu la tête en pareil cas.
Il pleure sur Jérusalem devant le désastre annoncé de sa ruine par rejet du message divin de paix et d'amour. Par contre on ne le voit jamais rire de ce rire facile et superficiel qui est pervers quand on se moque des autres.
Jésus a été haï, repoussé, insulté jusque sur sa croix, préférant la souffrance aux honneurs et l'effacement d'un Fils d'homme plutôt qu'une gloire triomphante de conquérant.
Jésus a renoncé aux moyens des riches pour conquérir les cœurs ; il a renoncé à faire passer en force son message. Il a choisi l'humilité de serviteur et la pauvreté du souffrant pour pardonner, guérir et sauver.
Le vrai bonheur est là, selon l'évangile, où l'on est heureux, où l'on saute de joie, où la récompense est grande. Une vraie 'résurrection' pour lui le premier ressuscité, et promise à tous.
Pour nous chrétiens il n'y a pas d'autre chemin possible de bonheur à construire que celui de Jésus, chemin à prendre à sa suite, avec ses paroles et ses gestes comme seul bagage.
Nous sommes relancés avec l'Eglise sur ce chemin, à chaque eucharistie célébrée.

Gémo

 

 

 

 

.


 

.







 

 


 

 

 

 

 

 

 

 



















 

Chaque dimanche et jour de fête :

La liturgie de la parole de l'Église Catholique présentée, vivante et active.
Un texte choisi parmi les lectures de la messe, et une idée à mettre en œuvre.
Pour célébrer en paroisse, en groupe, en famille.

Pour réfléchir et prier quand on est seul.