Dimanche de la Pentecôte

Remplis de l'Esprit Saint

 

Actes 2, 1-11
Psaume 103
Romains 8, 8-17
Jean 14, 15…26

La fête de la Pentecôte est un grand moment de la vie de l'Église, puisque sa naissance y est célébrée. Désormais les disciples de Jésus se sentent responsables de la bonne nouvelle du Salut pour l'annoncer à tous les peuples.
La liturgie exprime la joie des baptisés de se savoir remplis de l'Esprit Saint et conscients de la confiance que le Christ fait à son Eglise.
Le nombre, peut-être réduit, des enfants présents, en raison de ce traditionnel week-end de printemps où l'on circule beaucoup, nécessite d'adapter cette proposition.
Dans le décor, la couleur liturgique rouge domine, avec des fleurs et un tissu sous le lectionnaire.


Remplis de l'Esprit Saint
Le récit des Actes des Apôtres (1ère lecture) rend très sensible et imagée la venue de l'Esprit Saint. Du bruit, du vent, du feu, puis les merveilles de Dieu sont proclamées; alors que l'évangile de Jean intériorise l'annonce de cet événement.
Pour les enfants, actualiser la Pentecôte c'est peut-être découvrir que, par le baptême, eux aussi sont remplis de l'Esprit Saint et qu'avec lui il est possible, comme pour les apôtres, de faire de grandes choses, à moins de l'étouffer en soi.
La phrase affichée : " Remplis de l'Esprit Saint, les apôtres proclament les merveilles de Dieu. "



l'appel à l'Esprit Saint dans la prière de la messe. Ce qui se fait d'étonnant, de merveilleux : renouveler ce que Jésus a dit avec du pain et du vin, "Ceci est mon Corps... ceci est mon Sang", est le fruit de la puissance de l'Esprit Saint, à qui l'Église fait appel. Cette prière s'appelle " épiclèse. " Il y a l'épiclèse sur le pain et le vin, et l'épiclèse sur les fidèles, prière adressée à Dieu, pour " qu'ils deviennent par la force de l'Esprit, le corps de ton fils ressuscité... " (prière eucharistique pour la réconciliation 1).

 

les Actes des Apôtres (2, 1-11)
Le récit de la 1ère Pentecôte.

 


Un jeu d'accompagnement sonore et visuel est préparé pour la lecture du récit de la Pentecôte:
De grandes langues de feu ont été dessinées dans des feuilles de papier cartonné (au plus simple, on choisit des chemises de dossier, ouvertes, 48/33 cm). En les faisant onduler plus ou moins rapidement avec la main, le bruit du vent peut-être simulé, avec des à-coups pour une bourrasque et un mouvement régulier pour le souffle continu. Un essai préalable, par l'animateur, est nécessaire pour expérimenter le papier qui convient le mieux.
Sur chaque langue de feu les enfants écrivent un des noms donnés à l'Esprit Saint dans le Nouveau Testament. Par exemple : Force d'en haut, l'Esprit de Dieu, l'Esprit du Christ, le Défenseur, l'Esprit de vérité, l'Esprit d'amour, etc. Ces noms sont affichés pour qu'ils puissent être choisis.
Quand ce jeu d'accompagnement est prêt, l'animateur fait signe aux enfants pour moduler le bruitage : main levée pour les bourrasques de vent, main baissée pour le souffle continu. Il a prévu, avec le lecteur, les arrêts nécessaires pour une bonne coordination de la lecture et du bruitage.




. Accueil et présentation de la fête de la Pentecôte.
. Chant de joie : " Au coeur de ce monde " A 238 ou un autre.
. Action : récit de la Pentecôte brièvement raconté. Préparation de l'accompagnement sonore et visuel de la lecture et essai.
. Lecture : Actes des Apôtres (2, 1-11).
. Les enfants participent avec leurs langues de feu.
. En final l'animateur cite la prière de l'épiclèse si possible celle de l'Eucharistie qui suit (en s'informant auprès du célébrant).




. La phrase à afficher : " Remplis de l'Esprit Saint, les apôtres proclament les merveilles de Dieu. "
. Affichage des noms donnés à l'Esprit Saint.
. Prévoir des feuilles de papier cartonné, une par enfant, avec le dessin d'une langue de feu.


urs de sa marche à vers le désert, le peuple d'Israël, à bout de courage, récrimina contre Dieu et contre Moïse: "Pourquoi nous avoir fait monter d'Égypte ? Etait-ce pour nous faire mourir dans le désert, oLecture du livre des Actes des Apôtres


Quand arriva la Pentecôte, au terme des cinquante jours après Pâques, ils se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : toute la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière. Alors leur apparurent des langues qu'on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s'en posa une sur chacun d'eux. Tous furent remplis de l'Esprit Saint : ils se mirent à parler en d'autres langues, et chacun s'exprimait selon le don de l'Esprit.
Or, il y avait, séjournant à Jérusalem, des Juifs religieux, venant de toutes les nations sous le ciel. Lorsque ceux-ci entendirent la voix qui retentissait, ils se rassemblèrent en foule. Ils étaient en pleine confusion parce que chacun d'eux dans son propre dialecte ceux qui parlaient. Dans la stupéfaction et l'émerveillement, ils disaient : " Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans son propre dialecte, sa langue maternelle ? Parthes, Mèdes et Elamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, de la province du Pont et de l'Asie, de la Phrygie et de la Pamphylie, de l'Égypte et des contrées de la Libye proches de Cyrène, Romains de passage, Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes, tous nous les entendons proclamer dans nos langues les merveilles de Dieu. "

"Copyright AELF - Tous droits réservés"

 



















 

Chaque dimanche et jour de fête :

La liturgie de la parole de l'Église Catholique présentée, vivante et active.
Un texte choisi parmi les lectures de la messe, et une idée à mettre en œuvre.
Pour célébrer en paroisse, en groupe, en famille.

Pour réfléchir et prier quand on est seul.